Les enseignants du préscolaire qui ont confiance en leurs compétences professionnelles favorisent l’acquisition du langage chez leurs élèves

Texte traduit et adapté de Confident teachers help preschollers more with language and litteracy skills, publié sur le site de l’Université d’État de l’Ohio le 3 juin 2010.

Une nouvelle étude publiée dans le plus récent numéro de la revue Teaching and Teacher Education montre que les enfants d’âge préscolaire peuvent développer plus de compétences langagières quand leur enseignant a confiance en ses compétences professionnelles.
Avec ses collègues, Ying Guo, coauteur de l’étude et chercheuse à l’Université d’État de l’Ohio a voulu savoir comment l’auto-efficacité des enseignants (c’est-à-dire le niveau de confiance en leurs compétences en enseignement) influence la progression des apprentissages en littératie.

Dans certains cas, les élèves ont obtenu de meilleurs résultats aux tests des chercheurs seulement quand leur enseignant manifestait du soutien affectif en classe. « Les relations ouvertes à l’affectivité entre les enseignants et les enfants peuvent être le moyen par lequel l’auto-efficacité peut avoir une influence positive sur le développement des compétences en littératie », explique la chercheuse.

Pour cette étude, les chercheurs ont collecté des données auprès de 67 enseignants et de leurs 328 élèves. Les participants ont été suivis pendant 30 semaines.

Les enseignants ont reçu un court questionnaire pour mesurer leur auto-efficacité sur une échelle de 1 à 5. Le questionnaire comportait des questions comme: Jusqu’où pouvez-vous aller pour établir un bon contact avec vos élèves les plus difficiles? et Qu’êtes-vous prêt à faire pour que vos élèves demeurent concentrés sur une tâche difficile?

Le niveau de soutien affectif en classe a été mesuré par des personnes formées pour coder les interactions entre les élèves et l’enseignant sur une échelle de 1 à 7. Les interactions dans chaque classe ont été filmées au cours d’une observation qui a duré environ deux heures. De plus, les chercheurs ont évalué les compétences langagières des élèves avant et après les 30 semaines qu’a duré l’étude.

Les résultats indiquent que les élèves qui un enseignant dont l’auto-efficacité est élevée ont obtenu de meilleurs résultats à l’évaluation de la conscience graphique (print awarness), une compétence de la prélittératie. Pour évaluer cette compétence, les chercheurs ont demandé aux enfants, par exemple, de pointer une lettre sur une page.

L’affectivité dans la relation enseignant-élève tout aussi importante

Les chercheurs notent que les enfants qui ont amélioré leur vocabulaire bénéficiaient à la fois du soutien affectif de l’enseignant et de son niveau d’auto-efficacité élevé. « L’environnement de la classe est important et les élèves semblent apprendre plus quand ils profitent d’un soutien affectif en classe », affirme Guo.

L’étude a révélé que certains facteurs, dont la formation et les années d’expérience, influencent l’auto-efficacité des enseignants. Les enseignants qui possèdent un diplôme en enseignement primaire montrent un niveau d’auto-efficacité plus élevé que ceux qui possèdent un diplôme pour l’enseignement préscolaire.

Bien que les données de cette étude ne permettent pas d’expliquer cet écart, les chercheurs pensent que la formation complémentaire nécessaire pour obtenir un diplôme d’enseignement au primaire aux États-Unis peut avoir eu pour effet d’augmenter la confiance des enseignants.

Pour finir, cette étude a révélé un autre résultat intéressant: les enseignants qui cumulent plusieurs années d’expérience en enseignement préscolaire ont un niveau d’auto-efficacité plus faible que celui des nouveaux enseignants. La chercheuse explique : « Les enseignants fraichement sortis de l’université pensent qu’ils peuvent changer le monde. Puis, quand ils arrivent dans leur milieu de travail, ils réalisent combien leur profession est sérieuse et difficile. C’est pourquoi nous pensons que l’auto-efficacité peut diminuer chez certains enseignants du préscolaire au fil des années. »
Ying Guo, Shayne B. Piastaa, Laura M. Justicea and Joan N. Kaderavekb (2010). Relations among preschool teachers’ self-efficacy, classroom quality, and children’s language and literacy gains. Teaching and Teacher Education, vol. 26, no 4, p. 1094-1103 (résumé en ligne).

Dernière modification : 29 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)