La consommation précoce de cannabis a des effets négatifs sur la réussite scolaire

Texte traduit et adapté de Early cannabis use may affect academic achievement (Université d’Otago) publié le 21 mai 2010 et de Younger cannabis use hurts education: study (TVNZ).

Plus les consommateurs de cannabis commencent jeunes, plus ils sont susceptibles d’échouer dans le système éducatif, selon une étude à laquelle ont participé plus 6000 jeunes de Nouvelle-Zélande et d’Australie.
Ces résultats, qui paraitront dans la revue Journal of Drug and Alcohol Dependence, pourraient avoir des répercussions sur les projets de loi visant à décriminaliser la drogue, selon les chercheurs.

Ils ont observé les participants à partir de l’âge auquel ils ont commencé à consommer du cannabis jusqu’à ce qu’ils aient terminé l’école, qu’ils se soient inscrits à l’université ou qu’ils aient obtenu un diplôme. Pour cette étude, les chercheurs ont analysé les données provenant de trois grands échantillons d’études d’Australasie, dont une enquête longitudinale de l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande).

Les taux de réussite scolaire ont été plus élevés pour ceux qui n’avaient pas consommé du cannabis avant l’âge de 18 ans et plus faible pour ceux qui ont fait l’expérience du cannabis avant l’âge de 15 ans.
Si tous les jeunes n’avaient pas consommé de cannabis avant 18 ans, le taux de non-obtention d’un diplôme du secondaire aurait chuté de 17 %, le taux de non-fréquentation à l’université aurait descendu d’environ 5 % et le taux de non-obtention d’un diplôme universitaire aurait diminué de 3 %.

« Les résultats de cette étude montrent que la consommation de cannabis à l’adolescence a des effets potentiels à long terme sur la réussite scolaire. Il ne faut donc pas les rejeter en tenant pour acquis qu’ils sont sans conséquence », soutient David Fergusson de l’Université d’Otago et l’un des auteurs de l’étude.

Les effets néfastes de l’usage du cannabis à long terme

Ces résultats s’ajoutent à un ensemble grandissant de preuves qui montrent que l’utilisation précoce de cannabis est liée à un risque accru de développer des problèmes de santé mentale, à la criminalité, à la dépendance à d’autres drogues. Plus tard, les consommateurs de cannabis ont plus de risques de dépendre de prestations d’aide sociale et de souffrir de privation économique.

« Ces conclusions ont des retombées importantes, entre autres sur des projets de loi visant à décriminaliser ou à tolérer la consommation de cannabis. Nos résultats prouvent qu’il importe de protéger les jeunes contre les effets négatifs potentiels de la consommation précoce de cannabis sur la santé, le bien-être et le style de vie. »

Les chercheurs affirment que le cannabis peut avoir des conséquences neurophysiologiques qui entraîneraient des changements sur la motivation et sur la fonction cognitive, ainsi qu’une détérioration de la réussite scolaire.

De plus, la consommation précoce peut guider les jeunes vers des environnements sociaux qui encouragent des comportements précoces et anticonformistes et qui découragent la réussite scolaire.

L. John Horwood, David M. Fergusson, Mohammad R. Hayatbakhsh, Jake M. Najman, Carolyn Coffey, George C. Patton, Edmund Silins & Delyse M. Hutchinson (à paraitre). Cannabis Use and Educational Achievement: Findings from Three Australasian. Cohort studies. Journal of Drug and Alcohol Dependence (prépublication de l’article en ligne)

À lire sur un sujet similaire

Cannabis et adolescence : cocktail nocif

Une étude réalisée par Dre Gabrielle Gobbi de l’institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill « montre que la consommation quotidienne de cannabis chez les adolescents causerait dépression et anxiété et pourrait entrainer des effets irréversibles sur le cerveau à plus long terme. »

[Lire ce billet du RIRE]

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes québécoise : portrait épidémiologique

Afin de dresser le portrait de l’usage non médical de substance psychoactives (alcool et drogues) chez les jeunes, l’Institut national de la santé publique a commandé une synthèse de résultats de recherche sur le sujet. Ce document, téléchargeable en format PDF, suscitera l’intérêt des intervenants psychosociaux, mais aussi de toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur cette question d’intérêt en éducation.

[Lire ce billet du RIRE]

Dernière modification : 16 janvier 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)