Aider les élèves à se projeter dans le futur pour les motiver

téléchargement (14)Texte traduit et adapté de Motivating Students Via Mental Time Travel, publié sur le site de Miller-McCune le 26 avril 2010.
Comment pouvez-vous amener les enfants à faire leurs devoirs? Comment les aider à façonner une image positive, mais réaliste, d’eux-mêmes à l’âge adulte? Pourquoi tant d’adolescents manquent-ils de motivation quant il s’agit de se concentrer sérieusement sur leur travail scolaire?

Grâce à leur recherche, Mesmin Destin et Daphna Oyserman, deux chercheurs de l’Université du Michigan, ont trouvé une association entre les travaux scolaires, les résultats scolaires et la capacité des enfants à se projeter dans l’avenir et à se voir comme des adultes heureux et accomplis.

Ils ont observé que certains élèves du secondaire se voient devenir médecins ou avocats — professions qui exigent une bonne éducation — alors que d’autres s’imaginent devenir des vedettes de cinéma ou des héros sportifs. Une écrasante majorité des élèves des deux catégories ont exprimé l’intention de faire des études supérieures. Devinez quels sont ceux font le travail nécessaire à l’école pour y arriver et réussir?

Dans un article publié dans le Journal of Experimental Social Psychology, les chercheurs décrivent deux expérimentations menées dans des écoles secondaires dans la région de Detroit. Pour la première, 266 élèves de huitième année (13 ans), issus d’un quartier pauvre majoritairement afro-américain, ont été invités à réfléchir sur le métier ou la profession qu’ils pensent exercer à l’âge adulte. Les réponses ont été comparées à leur moyenne pondérée cumulative et au temps qu’ils mettent à leurs travaux scolaires.

« Alors que près de 90 % ont indiqué qu’ils prévoyaient faire des études postsecondaires, seulement 46 % ont déclaré avoir une “identité adulte dépendante de l’éducation”, écrivent les chercheurs. Les membres de cette minorité sont plus susceptibles d’investir des efforts dans leur travail scolaire que ceux qui n’en mettent pas. Les fruits de ces efforts se concrétisent en de meilleures notes. »

Pourquoi se soucier de l’école si vous vous voyez comme une vedette de la NBA ou comme un gagnant d’American Idol?

Pour la seconde expérimentation, on a présenté à 295 élèves de septième année (12 ans) l’un de ces deux graphiques : le premier montrait une augmentation progressive du revenu médian par niveau de scolarité ; le second, le salaire médian dans le Michigan et le salaire très élevé de grands acteurs, athlètes et musiciens. »

Les chercheurs ont par la suite donné la possibilité aux participants de faire un devoir supplémentaire.
Les résultats sont probants. Les élèves qui ont vu le graphique qui associait des salaires au niveau de scolarité étaient 8 fois plus susceptibles de faire le devoir supplémentaire.

Pour Destin et Oyserman, ce résultat « démontre la puissance de signaux subtils » pour aider les élèves à associer ce qu’ils font aujourd’hui avec un avenir prometteur. Ces « petites interventions » (pour reprendre l’expression des chercheurs) peuvent avoir des effets importants.

Les enfants, en d’autres termes, ressemblent beaucoup aux adultes: ils ne vont pas travailler dur sans envisager une sorte de récompense. Cette recherche montre que, plutôt que de les réprimander quand ils ont obtenu de mauvaises notes, il serait beaucoup plus profitable de les aider à façonner cette vision et à comprendre le lien direct entre l’effort qu’ils font aujourd’hui et leur réussite de demain.
Mesmin Destin and Daphna Oyserman (2010). Incentivizing education: Seeing schoolwork as an investment, not a chore (prépublication en ligne, 18 avril 2010).

Dernière modification : 30 juin 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,33 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)