Nouvelle étude sur la complémentarité des services offerts aux élèves en difficulté

téléchargement (29)Cette semaine le quotidien le Soleil publiait une série d’articles portant sur une recherche de Sylvie Tétreault, professeure au département de réadaptation de la faculté de médecine de l’Université Laval. Ces articles révèlent quelques observations sur les ententes établies entre les différents services offerts aux élèves en difficulté. En voici un bref aperçu.

En 2003, le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère de l’Éducation signaient une entente de complémentarité qui « cherche à assurer une plus grande concertation et une meilleure complémentarité entre les acteurs des divers domaines d’intervention, que ce soit pour la promotion de la santé et du bien-être, de la réussite éducative, de la prévention ou des services d’adaptation et de réadaptation. »

Sept ans plus tard, combien d’ententes ont-elles été nouées entre les différents intervenants des services scolaires et ceux de la santé? L’équipe de Sylvie Tétreault a recensé ces ententes écrites auprès de 200 intervenants des réseaux de la santé et de l’éducation sur tout le territoire québécois et elle n’en a trouvé qu’une centaine. La chercheuse note cependant plusieurs disparités entre les régions, les commissions scolaires et les écoles.

Madame Tétreault et son équipe ont aussi analysé le contenu des sites des commissions scolaires et ont observé qu’il s’y trouvait peu d’information destinée aux parents sur les services particuliers offerts aux élèves en difficulté. En ce qui a trait à la question des services offerts à l’école, la chercheuse soutient que les parents « doivent être capables de défendre leur dossier parce que l’école n’ira pas nécessairement les chercher. La majorité des parents doivent être aux aguets et prendre leur place pour aller chercher les services. »

Malgré tout, madame Tétreault, qui déposera son rapport final en septembre, tient à souligner que « malgré les lacunes, le Québec est en avance comparé à d’autres pays européens en termes d’ouverture du réseau scolaire aux enfants différents ».

[Liste des articles du Soleil :

Articles similaires

Élèves en difficulté: des professeurs de maternelle sonnent l’alarme (Le Soleil)

30 avril 2010 – « Les profs du primaire et du secondaire ne sont pas les seuls à sonner l’alarme. Même en maternelle, le nombre d’enfants en difficulté augmente, affirment les enseignants du préscolaire. Mais cette fois-ci, l’intégration ne peut être mise en cause. »

[Lire l’article]

Un enfant, des services en milieu scolaire, des parents isolés (Le Soleil)

29 avril 2010 – « L’Association pour l’intégration sociale (région de Québec) se réjouit des résultats de la recherche menée par Sylvie Tétrault, de l’Université Laval. Cette recherche apporte un éclairage objectif et réaliste sur la situation des élèves EHDAA et plus particulièrement, des élèves qui vivent avec une déficience intellectuelle qui reçoivent des services d’un centre de réadaptation. »

[Lire l’article]

Intégration des élèves en difficulté: du cas par cas, selon la ministre (Le Soleil)

29 avril 2010 – « Tout en reconnaissant les ratés de «l’intégration massive» des élèves en difficulté dans les classes régulières, la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, affirme qu’il faut plutôt gérer la situation «au cas par cas». »

[Lire l’article]

Classes méli-mélo: profs et jeunes dépassés (Le Soleil)

28 avril 2010 – « Révolu, le temps ou un prof enseignait les mêmes règles de grammaire à tous les élèves de sa classe? L’intégration des élèves en difficulté dans les classes ordinaires a considérablement changé la donne. Catherine* enseigne en sixième année dans une école primaire de Québec. Cette année, sa classe compte 24 élèves. Mais la moitié ne devraient pas y être. »

[Lire l’article]

Élèves en difficulté: les autres enfants écopent aussi (Le Soleil)

28 avril 2010 – « Votre enfant est en sixième année. Mais a-t-il vraiment les connaissances d’un élève qui s’apprête à faire le saut au secondaire? Les professeurs rencontrés hier l’avouent d’emblée : avec autant d’élèves qui cumulent les retards dans leur classe, les élèves «réguliers» écopent aussi. »

[Lire l’article]

Élèves en difficulté: une maman pas au bout de ses peines (Le Soleil)

27 avril 2010 – « Thomas, neuf ans, est atteint du syndrome d’Asperger. Il a été diagnostiqué l’an passé après une longue bataille menée par sa mère, qui n’est d’ailleurs pas au bout de ses peines. »

[Lire l’article]

Faire la différence… chez les enfants (Le Soleil)

06 mai 2010 – « Au moment où recommence la discussion autour de l’intégration scolaire, la santé mentale des enfants reste encore un sujet tabou. Pourtant, 10% des garçons de 6 à 11 ans ont un trouble déficitaire de l’attention ou sont hyperactifs. Près de 10% des enfants de moins de 10 ans ont déjà eu des idées suicidaires et près de 33% des enfants vivant dans une famille monoparentale ou recomposée présentent des troubles émotifs. Bref, 235 000 jeunes Québécois seraient touchés par des troubles de santé mentale. »

[Lire l’article]
Dernière mise à jour : 06 mai 2010

Dernière modification : 18 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)