Quoi de neuf?

Les jeunes et la culture – Dossier de La Presse

téléchargement (13)Quels sont les objets culturels consommés par les jeunes Québécois et dans quelle proportion? Une série d’articles dévoile les résultats d’un sondage de La Presse sur les habitudes culturelles des cégépiens. Le RIRE vous présente quelques faits saillants de ce dossier fort intéressant.

La musique

Écouter de la musique est la pratique culturelle no 1 des jeunes. Ils écoutent surtout du rock, de la pop et du hip-hop partout, en toute occasion, plusieurs minutes par jour grâce à le lecteur MP3 ou à leur ordinateur, mais ils en achètent peu. De fait, un peu plus de 70 % d’entre eux téléchargent des pièces sans les payer, ce qui constitue une bien mauvaise nouvelle pour l’industrie du disque.

Autre mauvaise nouvelle pour les artistes québécois francophones : les jeunes préfèrent de loin la musique anglophone dans une proportion de 64 % contre 6 %. À ce sujet, le sociologue Jacques Beauchemin de l’UQAM soutient :

Ce n’est pas qu’ils tournent volontairement le dos au français. C’est seulement que le français les indiffère. Ils consomment ce qu’ils trouvent bon, peu importe la langue.

Sur ce plan, les jeunes du Québec ne sont pas différents de leurs homologues français qui, eux aussi, sont plus susceptibles d’aimer la musique anglophone.

La littérature

On ne sera pas surpris : la lecture n’est pas la pratique culturelle la plus populaire auprès des jeunes. Seulement 6,5% des jeunes interrogés préfèrent lire aux autres pratiques culturelles comme la musique et le cinéma. Par ailleurs, selon L’enquête sur les pratiques culturelles publiée par le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF), l’intérêt pour la lecture a augmenté chez les 15-24 ans de 1999 à 2004.

Parmi les auteurs québécois préférés des jeunes, on trouve entre autres Patrick Sénécal et Marie Laberge, aussi populaires auprès des générations de lecteurs qui les précèdent. Les livres de la saga Twillight et Harry Potter remportent eux aussi un vif succès auprès des cégépiens.

Le cinéma

Même s’ils désertent les salles de cinéma, les jeunes consomment régulièrement des œuvres cinématographiques, surtout américaines. Sur une base hebdomadaire, environ le tiers des jeunes préfère louer un DVD alors que 5% seulement assiste à une représentation au cinéma. On verra aux guichets des cinémas plus de filles que de garçons, ces derniers préférant les jeux vidéos aux films sur grand écran. Comme pour la musique, le téléchargement est une pratique courante chez les jeunes : 1/3 a l’habitude de télécharger des films en ligne.

Le multimédia

Selon l’enquête de La Presse, la création multimédia est une activité très populaire chez les jeunes, même plus que la télévision : « [...] près de la moitié des cégépiens, soit 47%, exerce une activité de création au moins une fois par semaine, et 20% en exercent tous les jours ou presque. » Questionné sur ce phénomène, Jacques Roy, chercheur à l’Observatoire Jeunes et société, ne s’étonne pas de ces résultats. Le chercheur explique que les jeunes aiment beaucoup créer et s’exprimer sur les blogues et sur les réseaux sociaux parce qu’ils ont grandi dans la culture du moi qui leur donne « beaucoup d’aspiration et peu d’inhibitions ».

Enfin, « ils veulent être des acteurs de leur vie et de leurs apprentissages. »

[Consulter la liste des articles du dossier Les jeunes et la culture de La Presse]

Les articles du dossier de La Presse :

Le français? Bof…

« Les jeunes de la nouvelle génération se définissent comme des citoyens du monde, observe Gilles Pronovost, sociologue retraité de l’UQTR et auteur de plusieurs études sur les jeunes. Leurs goûts n’ont plus de frontières. »

[Lire l’article]

Il n’y a plus de «pot» au cégep?

« Ce qui m’a le plus frappé samedi en lisant l’excellent dossier […] sur les habitudes de consommation culturelle des cégépiens («Génération iPod») [...]? À quel point les goûts des jeunes sondés sont conventionnels. Et comment, somme toute, malgré la révolution technologique, la situation ne semble pas avoir changé outre mesure depuis 20 ans. »

[Lire l’article]

Ces jeunes qui créent: mon ordi et Moi

« Après l’école, avec leurs amis ou devant leur ordi, les jeunes créent: cette activité arrive même au quatrième rang des activités culturelles les plus populaires chez nos cégépiens interviewés, devant la télévision! […] Ce n’est pas seulement une question de moyens, estime Jacques Roy, membre chercheur à l’Observatoire Jeunes et société. « La cause est plus profonde. Ces sont les enfants de la civilisation du moi. Leurs parents leur ont dit qu’ils étaient beaux, fins, intelligents, et ils y ont cru. Ça donne beaucoup d’aspirations et peu d’inhibitions. Ça donne des gens qui veulent s’exprimer et créer. Ils se perçoivent comme des acteurs de leur vie. » »

[Lire l’article]

Le choc des publics

« En 2001, les problèmes de l’Opéra de Montréal devenaient morbides. La principale cause de désabonnement de ses clients? Le décès. Même si la situation n’est pas aussi critique ailleurs, toutes les institutions et compagnies de théâtre, danse, et musique sont confrontés à la même menace: le vieillissement de leur public. Voici ce qu’elles font pour intéresser les jeunes. Et ce que les jeunes aimeraient qu’on fasse de plus pour les attirer. »

[Lire l’article]

Sept mots pour une génération

« Quels artistes font vibrer les jeunes? Que regardent-ils, qu’écoutent-ils? Et comment? voici un portrait de la nouvelle génération et de son rapport à la culture. Il n’est ni noir, ni rose: il a la couleur du temps qui passe, laissant dans son sillage d’autres façons d’être. »

[Lire l’article]

Lecture et sorties imposées: la culture de force

« L’un des rôles de l’école, c’est de donner accès à la culture. Tout le monde a son opinion au sujet de ce que les élèves devraient lire ou voir. Eux aussi. »

[Lire l’article]

Nos comiques, ces coqueluches

« Selon l’Enquête sur les pratiques culturelles du Québec, l’âge moyen du public aux spectacles d’humour a augmenté de cinq ans entre 1994 et 2004. En 1994, les jeunes de 15-24 ans y étaient trois fois plus nombreux que les 55 ans et plus. En 2004, ils étaient seulement 1,5 fois plus nombreux. »

[Lire l’article]

Zapper sur son clavier

« La «télé rassembleuse» – celle qui faisait jaser dès le lendemain matin – est chose du passé, du moins chez les jeunes générations, confirme le professeur de communications Jean-Paul Lafrance, auteur de La télévision à l’ère d’Internet. »

[Lire l’article]

Les nouvelles boîtes à chansons

« D’après notre sondage, trois élèves sur quatre se servent de l’ordinateur principalement pour échanger, copier ou télécharger de la musique et pour en écouter sur des sites tels que MySpace et YouTube. « Les jeunes font beaucoup de choses à la fois quand ils utilisent l’ordinateur, confirme Marie-Claude Lapointe, sociologue et coauteure de L’enquête sur les pratiques culturelles [...]. Le rapport à la musique change, notamment parce qu’on y a accès plus facilement. » »

[Lire l’article]

Les jeunes et la lecture: exagèrent-ils?

« En arriver à ce que lire devienne naturel et source de plaisir constitue un réel défi. Parmi ceux qui n’achètent jamais de livres ou presque, 60% des garçons et 38% des filles expliquent que la lecture ne les intéresse tout simplement pas. Les 15-24 ans représentaient d’ailleurs le tiers des 30% de la population qui disait ne pas aimer lire, selon la dernière enquête du ministère de la Culture. Ce genre de chiffres incite Hélène Vachon à s’interroger sur la capacité de l’école à «créer» des lecteurs. »

[Lire l’article]

Le cinéma toujours en vogue chez les jeunes

« « Depuis quelques années, la tendance est à un cinéma d’éblouissement, les blockbusters qui valent la peine d’être vus sur grand écran », souligne André Caron, professeur de communications à l’Université de Montréal et auteur du livre Culture mobile, qui parle des adolescents et des jeunes adultes. Le cinéma est donc moins touché par l’essor de la consommation culturelle par internet. »

[Lire l’article]

Le cas Patrick Sénécal

« Le romancier Patrick Senécal, qui signe des thrillers d’horreur, est de loin l’écrivain québécois favori des élèves sondés par La Presse. Son nom revient deux fois plus souvent que celui de Michel Tremblay et jusqu’à six fois plus que celui d’Anne Robillard, qui clôt le top 5 des auteurs les plus cités. Ce qui n’étonne guère son éditeur. « On le constate sur le terrain, dans les salons du livre », assure Louise Allain, directrice commerciale des éditions Alire. »

[Lire l’article]

À lire ce sur le même sujet

Les jeunes boudent les arts classiques (La Presse, 2010)

« Si l’offre culturelle n’a jamais été aussi vaste, la musique classique, la danse, le théâtre ou encore l’opéra attirent un public vieillissant composé essentiellement de Québécois dits «de souche». En raison de cette difficulté à renouveler les publics, la survie de certaines institutions est en péril. C’est ce qui ressort d’une vaste étude intitulée Enquête sur les pratiques culturelles au Québec, réalisée à partir de données recueillies entre 1979 et 2004. »

[Lire l’article]

L’entrevue – Culture: renforcer le rôle de l’école (Le Devoir, 2010)

« Invité il y a quelques semaines par le Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis (RIDEAU), le psychosociologue français Jean-Claude Wallach insiste sur l’urgence, à l’heure de Google et de Wikipédia, de développer… notre sens critique! »

[Lire l’article]
Dernière mise à jour : 22 mars 2010

Dernière modification : 16 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 3,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)