Enseigner la maitrise de soi aux enfants réduit les problèmes en classe

images (9)Texte adapté et traduit de Teaching Self-Control Skills to Children Reduces Classroom Problems, publié sur le site du Centre médical de l’Université de Rochester le 5 mars 2010
Les enfants à qui on apprend des techniques pour sentir et contrôler leurs émotions (dont la colère) manifestent de meilleurs comportements en classe et sont beaucoup moins susceptibles d’avoir des avis disciplinaires, d’être renvoyés ou suspendus selon une étude réalisée par des chercheurs du Centre médical de lUniversité de Rochester (États-Unis).

Dans un article publié en ligne par le Journal of Abnormal Child Psychology , on apprend que les enfants qui ont participé à un programme de mentorat en milieu scolaire ont été environ deux fois moins susceptibles d’être impliqués dans un incident disciplinaire au cours de la période de trois mois qu’a duré l’étude. Les chercheurs ont aussi observé que la moyenne des suspensions pour ces enfants a chuté de 43 % par rapport à la moyenne du groupe témoin qui n’a pas suivi le programme de mentorat. Les chercheurs ont aussi noté une diminution de 46% du taux de renvois au bureau de discipline pour les élèves du programme de mentorat par rapport aux enfants du groupe témoin.

« Notre objectif dans le développement du projet était de « traduire », dans un programme accessible aux écoles, des résultats de recherche sur la façon dont les enfants apprennent les compétences de résilience dans leurs relations avec des adultes. Réussir au primaire est un facteur qui augmente les chances d’avoir un développement futur sain », soutient Peter Wyman, auteur principal de l’article et professeur en psychiatrie au Centre médical.

Cette étude montre qu’avec les directives appropriées d’un adulte formé, les jeunes enfants sont capables d’apprendre beaucoup de choses sur leurs émotions et sur les compétences qui permettent de les gérer efficacement. Ces compétences peuvent avoir des retombées positives et directes sur leur fonctionnement à l’école.

L’étude a évalué l’efficacité du « Projet Résilience » qui a été développé par Peter Wyman et Wendi Cross, professeur agrégé de psychiatrie et de pédiatrie au Centre médical, pour répondre aux besoins des jeunes enfants éprouvant des problèmes de comportement et socioaffectifs émergents en milieu scolaire. Un peu plus de 200 enfants ont participé à l’étude. Ceux-ci provenaient de deux écoles élémentaires urbaines de la maternelle jusqu’à la troisième année et avaient manifesté des problèmes socioaffectifs ou de comportement et/ou d’apprentissage à l’école. Pendant quatre mois, ils ont appris et pratiqué des compétences comportementales et cognitives qui visent à renforcer l’autorégulation des émotions afin d’atteindre leurs objectifs personnels et améliorer leur adaptation scolaire.

Les activités du projet présentent le mentor comme un adulte empathique, informé du contexte de vie de chaque enfant, de ses points forts et de ses difficultés. Grâce à l’apprentissage et à la pratique guidés par un adulte en contexte scolaire, les enfants apprennent à évaluer leurs propres émotions et celles des autres en utilisant des indices pour identifier leurs émotions et leur intensité.

Apprendre à gérer ses émotions grâce à un thermomètre, des muscles mentaux et un parapluie imaginaire

La maitrise de soi et la réduction de l’intensité des émotions sont enseignées à travers le concept du thermomètre des émotions. Les enfants apprennent à utiliser des muscles mentaux pour contrôler leurs émotions et pour les empêcher de pénétrer dans une « zone chaude ». Ils apprennent aussi à garder le contrôle et à retrouver l’équilibre grâce à des stratégies comme respirer profondément, prendre du recul face à des situations émotionnelles intenses et utiliser un parapluie imaginaire pour se protéger des paroles blessantes.

Pour chacune des 14 leçons hebdomadaires, les enfants ont une rencontre individuelle d’environ 25 minutes avec leur mentor pendant les heures de classe. Les compétences enseignées aux enfants sont expliquées en termes simples et adaptés à leur niveau de développement. Le renforcement et la rétroaction des mentors sont également des facteurs déterminants pour que les enfants acquièrent de façon satisfaisante les compétences souhaitées. Les enseignants collaborent avec les mentors pour identifier des situations en classe où il serait utile que l’enfant mobilise ses compétences d’autogestion des émotions. Pour faciliter le rappel des stratégies à mettre en œuvre lors d’une telle situation, le mentor donne à l’enfant un autocollant ou un bouton, par exemple, que l’enfant associe à ce rappel.

Selon l’évaluation des enseignants, les enfants qui ont participé au programme ont montré une amélioration de leur comportement en classe sur tous les plans. L’intervention des mentors a eu un impact positif sur le taux d’incidents disciplinaires, dont les agressions et les comportements perturbateurs. Les chercheurs ont aussi noté que ces enfants ont adopté de meilleurs comportements en situation d’apprentissage, ils ont mieux socialisé avec leurs pairs et ont manifesté plus d’assurance. Après l’étude, les enfants du groupe témoin ont également participé au programme de mentorat.

Le mentorat a permis aux filles d’améliorer leurs compétences sociales

« Nous avons constaté que les filles se sont améliorées plus que les garçons sur le plan des compétences sociales avec les pairs, mais nous n’en connaissons pas les raisons, affirment les chercheurs. Tous les mentors étaient des femmes : il est possible que le mentorat entre des personnes du même sexe jumelé à d’autres facteurs puisse influencer la manière dont les enfants perçoivent leur mentor comme un modèle à imiter pour le développement de leurs compétences sociales. »

Selon les chercheurs, cette étude démontre le potentiel de leur projet modèle destiné à un grand nombre d’enfants issus de minorités culturelles et de milieux défavorisés qui ont un accès limité aux services de santé mentale. « Nous continuons à évaluer le projet, nous cherchons à savoir si ses effets sont durables et nous tentons de trouver des activités qui aideraient les enfants à conserver les compétences qu’ils ont acquises », conclut Wyman.
Peter A. Wyman, Wendi Cross, C. Hendricks Brown, Qin Yu, Xin Tu and Shirley Eberly (2010). Intervention to Strengthen Emotional Self-Regulation in Children with Emerging Mental Health Problems: Proximal Impact on School Behavior. Journal of Abnormal Child Psychology (prépublication en ligne).

Dernière modification : 16 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

6 commentaires

  1. Je suis directeur à l’école primaire Lévis-Sauvé en milieu défavorisé, comment pouvoir accéder à ce projet et à ses bénifices pour les élèves?

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Véronique D'Amours le 29 mars 2010 à 8:37

    Bonjour Monsieur Turgeon,

    Ce projet s’appelle ‘The Promoting Resilence Children Initiative’. Après quelques recherches, j’ai trouvé le chapitre d’un livre en ligne écrit par Wyman et Cross qui explique le projet.

    J’ai fouillé le site de l’Université Rochester et je constate que ce projet expérimental n’a possiblement pas encore été adapté en un programme destiné aux directions et aux intervenants du milieu éducatif. Par ailleurs, à la fin de l’article original, on trouve les coordonnées de Michael Wentzel auprès de qui vous pourrez obtenir plus de renseignements.

    Commentaire inapproprié ?

  3. Par Christine Tremblay le 18 février 2012 à 10:59

    Bonjour, j’ai un petit garçon de 6ans qui est en 1 ière année actuellement. Il réussit bien au niveau académique, mais la majeur de son problème se situe au niveau du contrôle de lui-même, c’est-à-dire le contrôle de sa bouche, de ses gestes, de ses excès, gestes impulsifs, etc. Nous avons tenté plusieurs interventions, soit mise en place de règles, de conséquences, d’un encadrement serré, de renforçateurs, de gestes réparateurs… mais cela est encore difficile autant à la maison qu’à l’école. Notons par contre des améliorations. Nous avons besoin de conseils SVP ou de références pour davantage s’outiller comme parents désireux aussi de s’améliorer. Merci de porter attention à cette note.

    Commentaire inapproprié ?

  4. Par Véronique D'Amours le 20 février 2012 à 15:02

    Bonjour,

    Je vous invite à contacter la direction de l’école que fréquente votre fils. Elle sera certainement en mesure de vous orienter vers des ressources dans votre ville ou dans votre région. De plus, je vous invite à explorer notre dossier sur les troubles de comportement où vous trouverez peut-être de l’information qui pourrait vous être utile.

    Véronique D’Amours, chargée de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?

  5. Par Catherine le 29 octobre 2012 à 14:14

    Bonjour,
    Je suis intervenante sociale dans les écoles primaires. J’aimerais savoir s’il existe déjà des ateliers en lien avec ce programme qui semble réellement intéressant. En fait, je comprends qu’il est encore au stade d’expérimentation, mais exite-il déjà quelque chose qui va dans le même sens?

    Merci!

    Commentaire inapproprié ?

  6. Par Véronique D'Amours le 29 octobre 2012 à 18:00

    Cette recherche a été menée aux États-Unis au Centre médical de l’Université de Rochester. Pour savoir s’il est possible de se procurer la démarche, je vous invite à communiquer directement avec le chercheur ou avec le Centre. Véronique

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)