Une étude sur la présence policière à l’école

Le journal Le Soleil a publié deux articles qui présentent les résultats d’une enquête menée sur la présence policière à l’école. Claire Beaumont, directrice de l’Observatoire canadien pour la prévention de la violence à l’école (OCPVE), a dirigé cette étude qui a examiné les données cueillies auprès de 800 directeurs d’école du Québec.

L’étude met en lumière la nécessité pour les directions d’école de pouvoir bénéficier de la collaboration avec les services policiers. Les résultats obtenus par l’OCPVE montrent d’ailleurs que 73% des directions d’établissement profitent d’une collaboration informelle et que 17% d’entre elles ont obtenu une entente formelle avec les policiers. Les directions interrogées affirment à 86 % que « le partenariat avec le service de police est « nécessaire » pour gérer certaines situations de violence entre les murs de leur école. »

Si la Fédération québécoise des directions d’établissement (FQDE) est favorable à l’établissement de partenariats formels avec les policiers, la Centrale des syndicats de l’enseignement (CSQ) préfère quant à elle un meilleur encadrement des services policiers déjà en place à l’augmentation de la présence policière à l’école.

Pour connaitre d’autres conclusions de l’étude, lire les deux articles de Daphnée Dion-Viens :

Policiers à l’école : vers une relation plus étroite (Le Soleil, 18 janvier 2010)

Policiers à l’école : un outil indispensable (Le Soleil, 18 janvier 2010)

Dernière modification : 26 février 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)