L’école est-elle décrochée ?

Autour du bar des sciences, édition du 4 octobre 2009, quatre invités se penchent sur la question.  Les invités conviés à cette table ronde, animée par Yanick Villedieu, sont Égide Royer (professeur à l’Université Laval), Michel Janosz (professeur à l’Université de Montréal), Robert Turbide (psychoéducateur à la CSDM) et Marie-Claude Guay (Clinique des troubles de l’attention) ».

L’émission d’une durée de cinquante minutes est ponctuée d’interventions du public et de l’animateur. D’entrée de jeu, les invités présentent tour à tour leur position en abordant le thème sous trois angles. Voici un bref survol des thèses soutenues par les invités.

Des décisions et des pratiques décrochées des connaissances scientifiques

M. Royer est d’avis que l’école « fait du surplace depuis 20 ans ». Il déplore que les connaissances issues de la recherche trouvent peu d’écho dans la pratique : « Si on applique ce qu’on sait et qu’on ne laisse pas accumuler le retard scolaire, on pourrait intervenir de façon plus puissante et avoir un impact » . Dans la même optique, Mme Guay soutient que le problème du décrochage réside « là où les décisions se prennent » parce que les décideurs tiennent peu compte des apports de la science dans les mesures proposées.

Des décisions décrochées des acteurs de l’éducation

M. Turbide pense que l’école n’est pas décrochée, mais qu’elle « se cherche ». Selon lui, même si des mesures sont instaurées pour prévenir le décrochage, elles perdent en efficience parce que les intervenants en milieu scolaire n’ont pas de « chef d’orchestre ».

Des élèves décrochés de l’école et des enseignants

Pour sa part, Michel Janosz soutient qu’il faut repenser l’école en fonction des élèves, plutôt qu’en fonction des matières. Cette nouvelle organisation aurait, de son avis, l’avantage de créer des relations significatives entre l’élève et ses enseignants.

En conclusion, les quatre invités y vont de ces quelques recommandations, dont celles-ci  :

– Intervenir tôt auprès des élèves à risque ;

– Augmenter l’âge de fréquentation scolaire obligatoire à 18 ans ;

– Faire de l’apprentissage de la lecture une « obsession » ;

– Réduire le niveau de désengagement des jeunes à l’école.

Pour écouter l’intégral de l’émission, cliquez sur le lien suivant : Bar des sciences : L’école est-elle décrochée ?

 

 

Dernière modification : 10 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)